mercredi 27 avril 2011

Remarquable riquiqui — 2




Étant donné le succès de fréquentation que rencontre ce blogue en raison de sa nouvelle rubrique, l'auteur a le plaisir d'en offrir à ses lecteurs empressés un deuxième volet — en rapport, comme ils le verront, avec le premier.


De même qu’en matière d’idéologie économique on parle à présent de néo-libéralisme, il faut désormais parler en matière de mode philosophique de néo-hédonisme.
Cependant, si les néo-libéraux exaltent un mercantilisme plus radical que les anciens défenseurs du capitalisme, les néo-hédonistes, en revanche, prônent, eu égard aux antiques Cyrénaïques, aux modernes Libertins, ou, tout bonnement, aux actuels activistes de la fête, une conception du plaisir des plus riquiqui.

D’abord, les néo-hédonistes retardent sur leur temps.

Alors que les fanfares de l’Amour et les défilés de la fierté gay rameutent à chaque saison des milliers d’agités du postérieur; alors que les jeunes filles se dénudent toujours plus sur les plages; alors que des clubs de fitness ouvrent partout en ville; alors que les boîtes échangistes se remplissent à mesure que les églises se vident; alors que la pornographie s’impose à la télévision comme un programme normal; alors qu’il est partout question de la bonne bouffe et du bon vin; bref, alors que l’époque sacralise tous les plaisirs du corps, ces gens prétendent que nous nous mortifions sous le pouvoir d’institutions puritaines. À l’évidence, les néo-hédonistes parlent de leur propre misère sensuelle et érotique. Sans doute vivent-ils dans des campagnes reculées où, en fait de débauche, on s’adonne à des bals de villages, des banquets paroissiaux, des tournois de belote.

Ensuite, les néo-hédonistes sont complexés.

Comme l’époque est à la libération des désirs et comme, on le devine, ils appréhendent de donner l’image de tristes sires ou de bonnes femmes coincées, les néo-hédonistes cherchent à ne pas faire tache dans la fête. D’où la seule jouissance à leur portée : célébrer une philosophie des plaisirs en parfait accord avec leurs incurables frustrations — ce qui, bien sûr, ne fait que les souligner.

Enfin les néo-hédonistes sont timorés.

Leur épanouissement libidinal compte moins que le qu’en-dira-t-on. Au cas où leur revendication pourtant toute théorique du plaisir les ferait mal voir auprès de leurs voisins les plus attardés, au cas où ils passeraient aux yeux des gendarmes et de monsieur le curé pour des pervers ou des sybarites sans foi ni loi, les néo-hédonistes s’abritent derrière une maxime de Chamfort trouvée dans un catéchisme philosophique à l’usage des populations rurales : « Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne, voilà, je crois, toute la morale.» Comme ils souffrent d’un riquiquisme de l’entendement, cela les arrange, bien sûr, de confondre « morale » et « hédonisme ». Car tout hédoniste véritable sait bien qu’il est impossible de jouir sans faire du mal et de faire du mal sans jouir.