mardi 1 juillet 2014

L'anti-concon — 2


«Vous me dégoûtez tous, avec votre bonheur! Avec votre vie qu'il faut aimer coûte que coûte. On dirait des chiens qui lèchent tout ce qu'ils trouvent.» 
Jean Anouilh


3 commentaires:

  1. C'est plein de disputes, un bonheur (le même dans Antigone).

    RépondreSupprimer
  2. inaccessible au gnangnan

    http://www.youtube.com/watch?v=-yINYVlH6ME

    RépondreSupprimer
  3. Le con-con va d’une esperance déçue à une autre. « Ah qu’est ce que je serais si j’etais heureux » (W.Allen) est pour lui, pour elle, une obsession. « Un autre monde est possible » leur slogan politique. L’objet de leur vindicte : ‘la force majeure’. La joie de vivre. Plus encore le réel lui-même. En toute extrêmité eux-mêmes. Comme ils se detestent ! Ces clowns tristes, majoritaires, s’evertuent à la chasser la force majeure (minoritaire) ou qu’elle soit. Ils lui prefèrent la fête, les plaisirs ‘communautaires’. Abjectes esperances. Simulations. En nous regroupant, en faisant semblant d’être heureux, surtout en singeant l’espoir, peut être parviendrons nous, pensent ils, a sauver les apparences. Voire a nous tromper nous mêmes … la methode Coué, après tout…Mais cela ne marche pas. On aboutirait presque à l’inverse, dans « cet Occident qui pue la mort » comme le dit si justement Houellebecq.Pierre L

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes et fielleux seront censurés.