vendredi 25 juillet 2014

De la guerre


À nos yeux, un palestinien et un israélien de qualité sont des hommes qui, respectivement, ne cautionnent ni les provocations belliqueuses du Hamas, ni les exactions de Tsahal. Ces hommes, nous le supposons, doivent se trouver du côté de l’Autorité palestinienne et de la gauche israélienne. Sauf que leurs partis sont impuissants à calmer l’hybris ou l’ivresse du carnage qui anime les faucons du Likoud et les djihadistes du Hamas — Hamas qui fut au départ, nous le rappelons, un groupuscule soutenu par Israël pour affaiblir le Fatah. Nous ne croyons pas à une paix diplomatique. La paix n’est qu’un armistice qui s’obtient soit quand une armée écrase l’armée ennemie, soit quand le rapport des forces de destruction réciproque s’équilibre : quand les deux camps, après la montée aux extrêmes — comme dit Clausewitz —, se rendent compte qu’il serait plus dommageable que profitable pour chacun d’eux d’aller plus loin dans le conflit. Pour l’heure le rapport de forces entre Tsahal et le Hamas est de l’ordre de mille contre un. Nous notons toutefois que cette dernière organisation a fait des progrès sur le plan militaire et tactique. En causant des dégâts et des pertes humaines dans les rangs de l’armée israélienne, elle oblige celle-ci à une sorte de guerre totale qui touche davantage les civils que des combattants, ce qui, bien entendu, suscite la réprobation de l’opinion internationale. C’est un piège que les stratèges de Tsahal n’ont pu éviter et le Hamas peut considérer qu’il a remporté là une victoire. Certes, ce parti n’attend pas que des intellectuels le soutiennent en Occident, comme des idiots utiles, selon l’expression de Lénine, soutiennent Israël. Son but est que l’on perçoive sa capacité de nuisance comme pouvant être égale à celle du Hezbollah ou d’autres milices djihadistes au Levant. De même que le président Bush Jr. a favorisé les succès militaires des mahométans en Irak, le Hamas compte sur Netanyahou pour qu’il lui ouvre les avenues non d’un Etat laïc tel que le souhaitait Yasser Arafat, mais d’un émirat islamique en Palestine.