vendredi 22 février 2013

Relire saint Augustin


Djihadistes décomplexées

«Mais aussi, un groupe de terroristes est-il autre chose qu’un petit empire, puisqu’il forme une espèce de société gouvernée par un chef, liée par un contrat, et où le partage du butin se fait suivant des règles établies? Que cette bande malfaisante vienne à grossir en recrutant des hommes violents, qu’elle s’empare de places pour y fixer sa domination, qu’elle prenne des villes, qu’elle subjugue des peuples, la voilà qui reçoit le nom d’Etat, non parce qu’elle a renoncé à ses entreprises de rapine, mais parce qu’elle a su accroître son impunité. C’est ce qu’un pirate, tombé aux mains d’Alexandre le Grand, sut fort bien lui dire avec beaucoup de raison et d’esprit. Le chef d’Etat lui ayant demandé de quel droit il terrorisait ainsi les mers, il lui repartit fièrement :”Du même droit que tu terrorises les terres. Mais comme je n’ai qu’un petit navire, on m’appelle pirate, et parce que tu as une grande armée, on t’appelle empereur”».

Saint Augustin 
La cité de Dieu, L.IV, chap. 4