jeudi 1 décembre 2011

Plaisirs du plagiat

Curriculum vitæ de Pierre Lamalattie

Depuis que j’ai découvert Pierre Lamalattie, je suis gagné par sa manie du C.V. : croquer, en une phrase, le degré d’absorption de l’âme des gens par le langage commun — où se mêlent les registres de la publicité, du commerce, de la psychologie, du sport et de la philosophie. Quelques exemples notés hier, en l’espace de deux heures, en laissant traîner mes oreilles :

Christelle,
Elle voit du positif dans le fait que Joan sort de sa bulle.

Aurélie,
Elle pense que Caroline doit être plus dans l’échange.

Mireille,
Elle est rassurée de voir qu’Anthony est davantage questionnant.

Constance,
Elle sait qu’elle a du potentiel, mais elle a du mal à le gérer.

Bernard,
À propos de Lucie, il dit qu’elle se focalise trop sur son affectif.

Marc,
Il est convaincu que si Frédéric ne s’investit pas dans le groupe, il ne risque pas de gagner une valeur ajoutée à son image.

Les lecteurs de Joseph Gabel auront la tentation de lire là des formules symptomatiques de la fausse conscience et les lieux communs de la réification. Ce serait ne pas voir l’essentiel : la réelle jouissance de ces humains à parler pareille novlangue qu’ils inventent à mesure qu’ils en usent — d’autant qu’elle leur donne l’impression d’une intelligence du monde, des êtres et, avant tout d’eux-mêmes.