vendredi 22 mars 2013

La roue tourne


«[…] N’ayez crainte, mon ami, je n’ai point pris ombrage des mots avec quoi ce ministre a tenté de ternir La Princesse de Clèves. Pourquoi souffrirais-je d’une attaque à propos d’un ouvrage dont la rumeur et elle seule m’attribue la facture ? Quand bien même serais-je l’auteur de ce petit roman, qui, à Paris, donnerait crédit au jugement d’un homme sans goût pour les choses de l’esprit, uniquement attaché à cette ferblanterie d’apparat dont il croit nécessaire de s’accoutrer pour prouver la petite hauteur de sa condition, qui enrage de n’être point reçu là où se rencontrent les personnes de qualité, sauf, d’après ce qui est dit, en la maison de Madame de *** où, par son opiniâtreté à s’y faire connaître, il jouirait de quelque considération et de quelque largesse?»

Lettre de Madame de La Fayette
à François de La Rochefoucauld
(18 février 1679)