jeudi 29 septembre 2022

Incorrectes évidences...


Sur une antenne, Élisabeth Badinter s’inquiète des méthodes de délation utilisées par des cheffesses néoféministes pour régler leurs comptes personnels avec des politiciens. Elle y conteste aussi l’idée de l’imprescriptibilité des agressions sexuelles et des viols — estimant: 1) les délais de dix et vingt ans en vigueur suffisants pour que les victimes portent plainte; 2)que cette particularité juridique ne doit concerner que les crimes contre l’humanité. Au même micro, elle s’interroge sur le silence des aboyeuses de garde anti-masculinistes à propos de la courageuse révolte des iraniennes contre les ayatollahs. Il suffit donc qu’Élisabeth Badinter énonce ces évidences, pour qu’elle soit aussitôt insultée et vilipendée sur Twitter par des bas-bleus, des gazetières, des élues de tout poil politique — violence verbale qui donne une idée de la «sororité» dont toutes ces femmes se coiffent et qu’elles semblent définir ainsi: «Sois ma sœur ou je te tue sur les réseaux sociaux!» 


 

1 commentaire:

  1. "vilipendée sur Twitter par des bas-bleus, des gazetières, des élues de tout poil politique" : oui, et par nombre des mêmes version mâle, autodiagnostiqués féministes, ravis de l'aubaine de pouvoir en meute, et pour leur bonne cause, s'en prendre à qui est, en temps normal, si loin de leur si petite portée.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes et fielleux seront censurés.