mardi 6 juin 2017

Supériorité de l'ennui — 22


Les habitués de ma page doivent se demander pourquoi je n’y ai rien publié depuis plusieurs semaines. Ce n’est pas tout à fait le cas. J’y ai affiché des «comics retournés» de Gabriela Manzoni qui fut jadis mon élève et sur qui j’ai, dit-elle, exercé une influence dont elle ignore si elle fut bonne ou mauvaise… Le lecteur se fera une opinion en achetant son album paru chez Séguier (clic). Maintenant, je ne suis pas resté tout ce temps improductif. M’ayant pris au mot quand j’évoque la supériorité de l’ennui — sa fécondité en matière de méditation — des éditeurs, des directeurs de magazine et de revue m’ont passé commande de textes. J’ai dû m’atteler pour Philosophie Magazine à deux articles. L’un, érudit, est consacré à Gaston Lagaffe, l’autre, direct, vise le snobisme du brumeux chez les philosophes comme chez leurs lecteurs. Pour les Cahiers dessinés, dirigés par Frédéric Pajak, j’ai rédigé l’éloge de Micaël en guise de préface de son prochain ouvrage — à paraître en octobre prochain. D’autres tâches de ce type m’ont été confiées. Je les honorerai avec plaisir. Je vois dans l’écriture de textes brefs une façon de composer mes Parerga et Paralipomena personnels. Mon opus magnum sera pour une autre vie.