dimanche 19 juin 2016

Semainier d'un Hors-Service - XL (extraits)


Le 3 juin alors que les gays et les lesbiennes de Tel-Aviv défilaient dans les rues pour exprimer leur fierté d’être homosexuels, le même jour, à Paris, Joseph Sitruk, l’ancien grand rabbin de France, déclarait au micro de Radio J: «Mon cœur a saigné en apprenant la terrible nouvelle de l’organisation vendredi à Tel-Aviv de la Gay Pride. La Torah qualifie l’homosexualité d’abomination et elle la considère comme un échec de l’humanité. Israël, par cette manifestation, se trouve rabaissé au rang le plus vil. La communauté me connaît bien. Je ne me suis jamais exprimé en des termes si radicaux et violents contre quelque chose. Mais là, c’est la morale même du peuple juif et de toute l’humanité qui est en jeu. Il n’y a pas de mot assez fort pour le crier.[…]Je n’hésite pas à qualifier cette initiative de tentative d’extermination morale du peuple d’Israël.[…]» Et de dire en conclusion :«J’espère que les auditeurs écouteront mon appel au secours et réagiront de façon radicale à une telle abomination.» Il semblerait que si le saint homme n’ait pas été entendu en Israël, sa fatwa  biblique soit en revanche parvenue à un musulman américain qui, à Orlando, en Floride, quelques jours plus tard, a bel et bien réagi de «manière radicale» à l’abomination sodomite et saphique. Une cinquantaine de pécheurs abattus au fusil mitrailleur. Coranique ou hébraïque — le mécréant que je suis s'y perd un peu —, la parole de Dieu, à l'évidence, veut se faire respecter. En France elle s’exprime par le canon d’une Kalachnikov, en Amérique par celui d’un AR-15 — en vente libre —, mais elle énonce les mêmes messages miséricordieux.